Le Deal du moment : -38%
Promo rare sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
Voir le deal
235 €
Le Deal du moment : -21%
TOSHIBA 50UA3A63DG TV 4K UHD – 50″ (126 ...
Voir le deal
333 €

l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea

l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea Empty l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea

Antinea Harrelania
Antinea Harrelania


Race du personnage : succube

l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea | le Sam 8 Fév - 12:59



AVATAR

Antinea Harrelania


Avatar : Mercy de Overwatch
DC ou TC ? : //
Âge : deux-cent soixante dix-sept ans
Orientation sexuelle : bisexuelle
Race : succube
Groupe : maître
Métier : docteur en chef du centre de soin "Last Hope" de la zone sud


Parlez donc un peu de vous

Code du réglement (répondez à la question): la position du phénix, reflet de l'union tantrique
Âge : 28 ans
J'ai signé le réglement : oui
Une dernière volonté? : nope pas pour l'instant


PHYSIQUE
De jolis cheveux blonds, de sublimes yeux de biche bleus, et une jolie bouche couleur purpurine suffisamment charnues pour attirer le regard. Traits fins, visage angélique au sourire dévoilant une ligne de dents blanches dans un alignement parfait. Si quiconque pourrait la trouver parfaite, Antinea est loin de penser qu’elle l’est. Bien que consciente de de sa beauté et du magnétisme qui se dégage de son être, elle se trouve mille fois trop petite. Elle aurait aimé être plus grande, mesurer dix centimètres de plus, au moins. Son mètre soixante est un véritable complexe.

Cheveux bien que brillants, épais et soyeux, elle les tient attacher tout le temps en une queue de cheval parfois informe lorsque les heures de travail s’enchaînent et que les urgences arrivent. Il lui arrive rarement de les lâcher ; surtout qu’elle déteste qu’on les lui touche, sauf exception. Mais sa crinière libérée met davantage en avant sa féminité, outre ses courbes aguicheuses. Faisant honneur à ses origines de succube, Antinea a de jolis seins ronds et bien fermes. Bien que son ventre soit plat et ferme, la belle possède des hanches suffisamment larges pour ne pas rentrer dans la catégorie des femmes filiformes. Ses fesses toutes aussi rondes et fermes, elle est fière de son apparence. Ses grands yeux scintillants, soi-disant reflet de l’âme, ne sont aussi aisément lisibles. Lorsqu’elle ne connaît pas certaines personnes, Antinea a du mal à se dévoiler, se protégeant derrière sa carapace.

Souvent bien habillée, elle reste soucieuse de son apparence sans pour autant se plonger dans la superficialité. Elle aime portée des vêtements de qualité, mais s’il y a bien une chose dont elle ne se passera jamais, ce sont ses chaussures à talons qui lui font gagner les centimètres que la nature a refusé de lui donner ; et bien évidemment, les talons sont également un moyen de mettre en avant chacune de ses courbes, attirant ainsi les regards à son passage. Cependant, Antinea n’est pas du genre à en dévoiler plus que nécessaire, contrairement à ses homologues succubes qui portent des tenues parfois indécentes en public. Néanmoins, dans l’intimité, il peut en être autrement car quand il s’agit de séduire, elle met bien évidemment tous ses atouts en avant.

Cependant, cette apparence n’est pas la seule qu’Antinea possède. Quelques jours avant la pleine lune, certains éléments de son physique changent. Blonde comme les blés, ses cheveux deviennent carminés et s’ornent de deux petites cornes couleur carbone. Ses prunelles prennent la couleur de l’émeraude, mais ce qui surprend le plus c’est cette queue fourchue, prolongation de sa colonne vertébrale. Le tout se retrouve réhaussé d’une magnifique peau pâle.
D’une apparence angélique, Antinea arbore celle d’une démone, car après tout, n’est-ce pas ce qu’elle est ? Magnifique et bestiale succube dont les besoins se multiplient par dix et dont elle n’a pas d’autre choix que de subir les assauts…


CARACTERE
Antinea ne rentre pas dans les codes de ceux de son espèce. Les succubes ont tendance à s’entourer d’amants afin de se plonger avec plaisir dans les orgies nourrissantes. Antinea n’est pas, ce qu’on pourrait dire, entourée. Elle sait trouver ses proies lorsque ses besoins sont éveillés. La plupart du temps, elle aime sa tranquillité. Non pas pourtant associable, loin de là, car elle n’est pas qu’un joli petit minois à talons car c’est une femme intelligente et cultivée. Elle aime lors de ses moments de tranquillité apprécier un bon livre.

Elle ne manque pas de caractère, en revanche. Langue acérée, elle n’hésite pas à clamer une vérité qui pourrait faire souffrir plutôt que d’offrir un délicieux mensonge qui n’a pour but que de réchauffer le cœur et appesantir l’âme. Têtue et capricieuse, Antinea sait ce qu’elle veut et ne laissera absolument rien, ni personne, se mettre en travers de son chemin. Elle sait se débarrasser des éléments gênants sans ressentir le moindre scrupule. Elle n’a pas le temps pour les regrets – surtout lorsqu’ils entachent ses objectifs. Optimiste, elle n’a aucun mal à surmonter les épreuves qui se dressent face à elle. Elle ne se laisse jamais démonter et ne baisse pas les bras.

Fleur bleue sur les bords, Antinea rêve malgré elle du grand amour. Mais est-ce seulement possible pour un succube d’aimer et d’être aimé en retour sans que sa nature n’intervienne ? Pourtant affectueuse, douce, câline, sensuelle et joueuse, elle a presque tout pour être la partenaire idéale. Il faut croire que trouver chaussure à son pied n’est pas non plus une tâche facile. Sans douce est-ce aussi à cause de cette carapace qu’elle s’est un jour forgé afin d’éviter de souffrir. Car oui, si elle rêve de l’amour avec un grand A, elle a peur d’un jour en souffrir. La trahison, en général, lui fait froid dans le dos ; surtout depuis que sa propre mère l’a maudite… Si elle s’ouvre, c’est qu’elle a une grande confiance envers cette personne, et généralement, une fois sa confiance offerte, elle est gagnée à vie. Et pourtant, gare à celui qui oserait la trahir…

Gourmande, un des sept péchés capitaux otenu parce qu’elle n’agit pas comme toutes les succubes. Antinea soulage son manque de satiété dans la nourriture. Et heureusement qu’elle est de bonne constitution parce que sinon elle serait devenue énorme. Elle est souvent en train de manger des cochonneries au cours de la journée. Mais elle est aussi friande de bons petits plats bien mitonnés.

À fond dans sa carrière professionnelle, elle ne compte absolument pas ses heures quand il s’agit d’aider son prochain. C’est grâce à son altruisme que parfois elle tient le coup face à toutes ces heures travaillées. Ce qui n’empêche pas qu’une fois rentrée chez elle, elle s’effondre dans son lit. Lit froid et probablement beaucoup trop grand pour elle… Parfois elle imagine un corps beaucoup plus grand que le sien venant se mouler contre elle, afin de lui offrir la chaleur dont elle manque, de grands bras puissants qui la serre afin de lui offrir protection pendant son sommeil réparateur, et un cœur battant contre elle la berçant de sa douce mélodie.


POUVOIR
Pouvoir peu commun que celui qui inspira son choix de carrière : sa faculté à prendre le contrôle de la santé d’autrui, car oui, Antinea peut avoir la vie de n’importe qui entre les mains sans que personne ne le sache. Bien sûr, pour cela, il faut qu’elle ait touché la personne en question, sinon, cela ne fonctionne pas. C’est un don qui s’avère utile dans son métier car elle peut atténuer la douleur de ses patients le temps d’une intervention, ou jusqu’à ce que la guérison soit plus ou moins complète. Mais c’est un don qui pourrait être très dangereux s’il est utilisé à des fins offensifs. Mais malheureusement, si son pouvoir est utilisé en trop grosse quantité, cela peut devenir dangereux pour elle et mettre en péril sa propre santé, voire même la conduire à la mort.

Antinea peut prendre le contrôle d’un corps qui n’est pas le sien. Mais cette capacité lui pompe énormément d’énergie et c’est une pratique qui peut être très dangereuse pour elle. C’est un pouvoir qu’elle n’utilise quasiment jamais. Et plus on lui résiste, plus cela demande de l’énergie. Et la dernière chose qu’elle souhaite, c’est de se voir passer l’arme à gauche… Antinea tient beaucoup trop à la vie pour oser jouer avec les limites de la mort.

Dans tous les cas, chacune de ses utilisations de pouvoir provoque la faim en elle. Une faim qu’elle comble les trois quarts du temps avec de la nourriture. Mais elle n’est complètement rassasiée que lorsqu’elle se nourrit de l’énergie sexuelle d’un de ses partenaires. D’ailleurs, concernant ces derniers, Antinea n’engage que des prostitués ou des personnes consentantes, n’aimant pas particulièrement la compagnie des autres démons. Jusqu’au jour où, peut-être, trouvera-t-elle celui qui lui offrira toute l’énergie dont elle a besoin sans rien lui réclamer en retour…

La malédiction de sa mère lui confère également un autre pouvoir : celui de prendre possession des hormones de ses victimes avec qui il a suffi d’un simple échange de salive. Un simple baiser échangé peut s’avérer vitale pour eux. Outre les changements physiques, ses sens se voient également décuplés pendant cette période. Sa libido se retrouve également accrue ; ses instincts de succube pleinement éveillés et en alerte constante ; elle a tendance à se montrer beaucoup plus sauvage et directrice lors de ses ébats. Son caractère en général s’en retrouve accru.


HISTOIRE
Née dans la noble maison Harrelania, Hélène et Antinea ne sont pas le fruit d’un amour entre deux êtres. Leurs parents se sont retrouvés mariés grâce à un arrangement conclu entre leurs deux familles. Toutes deux nés dans une riche famille, elles ont la noblesse dans le sang. Mais malheureusement, cela suggère de nombreuses obligations. Notamment celle d’être de belles jeunes filles bien élevées. Le paraître est important dans le monde où elles grandissent. Hélène s’en accommode sans le moindre problème, cherchant constamment à faire plaisir à leurs parents. Antinea, quant à elle, grandit plus ou moins dans l’ombre de sa sœur. Elle ne sera jamais actrice de sa propre vie ; mais plutôt spectatrice tel un oiseau en cage qui ne connaîtra jamais le plaisir de voler contrairement à ses confrères qui volent haut dans le ciel bleu.

Le désir de liberté d’Antinea ne fait que croitre au fil des années. Elle se surprend souvent à rêvasser, à s’imaginer libre de quitter cette immense demeure froide et austère dans laquelle il n’existe aucune joie réelle. Parfois, elle entend sa mère rire, mais il ne s’agit que d’un rire forcé, sans la moindre sincérité. Et c’est encore pire quand des convives sont présents. L’hypocrisie n’est vraiment pas sa tasse de thé, aussi préfère-t-elle se réfugier loin de tout cela. Mais le pire a sans aucun doute été d’apprendre qu’Hélène s’est retrouvée fiancée à un noble qu’elle ne connaissait ni d’Eve, ni d’Adam. Choquée, Antinea ne dit cependant rien, cherchant à comprendre ce qui pousse sa sœur à accepter une telle chose sans rien dire. Il est évident qu’Hélène manque de caractère face à leurs parents… Même si elle a essayé de faire entendre raison à sa sœur pendant le calme de la nuit lorsque tout le monde est couché, Hélène s’est quand même mariée et a quitté la demeure familiale, laissant Antinea seule, prisonnière des parents…

Alors que la question de l’avenir commence à se poser, Antinea souhaite se tourner vers la médecine. Les études semblent être la seule et unique manière pour elle de quitter au plus vite la demeure austère dans laquelle elle a grandi. Elle ne se sent pas le courage d’y survivre sans Hélène à ses côtés. Lorsqu’elle était là, ce n’était pas vers elle que l’attention de tout le monde était tournée, mais plutôt vers l’aînée parfaite. Maintenant qu’elle y est seule, ils ont une vague tendance à critiquer absolument tout ce qu’elle peut faire. Alors qu’elle avait espoir de s’échapper, ses parents refusent tout bonnement qu’elle étudie. Et encore moins pour devenir un médecin. Là où elle désirait voir le monde, gouter à la liberté ailleurs que dans les pages des nombreux livres qu’elle a pu lire ; ses parents désirent qu’elle devienne une femme puissante, forte, et par-dessus tout obéissante à leurs propres désirs. Un médecin ? Pacifiste en plus de cela ? Il en est tout simplement hors de question. En revanche, lui faire épouser un riche vampire d’un âge déjà bien avancé, ça c’est acceptable.

Crie, colère, amertume, désespoir. Voilà globalement les émotions qui ont traversé soudainement Antinea à l’annonce de ses fiançailles avec celui-ci. La légende raconte que face à la colère de la succube, la demeure en a tremblé. Il est hors de question qu’elle face comme Hélène et accepte ce mariage sans rien dire. Elle a tenté de s’enfuir à diverses reprises, mais on l’a toujours rattrapé avant qu’elle n’ait eu le temps d’aller très loin. Enfermée et presque séquestrée, Antinea a été obligée d’aller à la rencontre de son futur époux : un vampire pour lequel elle n’éprouve absolument rien d’autre que du dégoût. Pourtant bel homme, il y avait quelque chose dans son regard qui lui hurlait de prendre garde et surtout de ne pas se laisser approcher outre mesure. Alors elle fait ce qu’elle s’est promis silencieusement de faire : elle tue son cher fiancé avant que celui-ci n’ait eu le temps de lui passer la bague au doigt.

Traitre. Voilà comment on juge Antinea face à cet affront. Maudite, c’est la conséquence de son acte. Déshéritée par sa famille, puis maudite par sa mère, pour finalement être jetée à la rue comme une malpropre, comme une moins que rien. En colère, Antinea est malgré elle heureuse parce que pour la première fois de sa vie, elle est libre. Seulement voilà, elle ne sait pas du tout comment savourer cette nouvelle liberté durement acquise… Elle a envie de courir, rire, danser, faire tout ce dont elle a toujours rêvé, mais d’un autre côté, elle a perdu absolument tous ses repères et est à deux doigts de fondre en larmes. C’est une aide inattendue qui s’offre à elle car sa sœur, Hélène, lui vient alors en aide. Sa sœur aînée, si parfaite, si obéissante, ne la laisse pas dans la détresse. Elle lui donne les clés d’un appartement de vacances à Los Angeles et fait en sorte qu’Antinea ne manque de rien. Un nouveau toit sur la tête, la déshéritée peut enfin réfléchir calmement à la situation.

Il est évident que son acte a des répercussions. Déjà peu bien vue parmi les Maîtres de ce monde, il est certain qu’à présent elle n’a plus rien à faire parmi eux. Aussi préfère-t-elle rester enfermée dans cet appartement gracieusement prêté plutôt que d’essayer de défendre sa cause. Elle sait que c’est peine perdue… Les ragots lui sont gracieusement reportés par Hélène qui lui assure qu’il ne faut surtout pas qu’elle se sente mal par rapport à tout cela. Seulement voilà, au fond d’elle-même, Antinea trouve son aînée particulièrement hypocrite dans ses propos, car après tout, elle a accepté son mariage arrangé sans rien dire et est aujourd’hui la parfaite petite épouse qu’on attend d’elle.

Parce qu’elle ne peut pas rester enfermée éternellement dans cet appartement, Antinea se décide alors à se lancer dans ses études de médecine. Absolument plus rien, ni personne ne l’empêche de faire ce dont elle a envie, à présent. Hélène s’avère tout autant présente, la soutenant toutes ces années d’étude. Il faut dire que la succube s’est plongée absolument corps et âme dans la médecine. Son objectif est, bien évidemment, de soigner les malades sans la moindre distinction, mais un deuxième objectif s’est greffé au premier : celui de chercher un remède contre la malédiction de sa mère. Ces deux objectifs ont été son leitmotiv pendant toutes ses études. Elle a trimé jour et nuit ; Hélène la forçant parfois à aller se coucher avant de faire une crise de nerf, ou de se ruiner définitivement la santé. Antinea souhaite vraiment se démarquer des autres, et elle donne absolument tout le meilleur d’elle-même.

Ces années de travail acharnées finissent par payer, et Antinea est diplômée. Enfin, elle va pouvoir faire ce dont elle a toujours rêvé sans que personne ne vienne l’en empêcher. Médecin généraliste, elle exerce avec plaisir et passion auprès de ses patients, ne posant jamais la moindre question sur leur provenance. Mais son travail ne s’arrête pas là pour autant. Après ses journées de travail, elle se lance à corps perdu dans ses recherches d’un antidote contre la malédiction dont elle est mensuellement victime. Antinea déteste cette part d’elle-même. Elle est contrainte d’engager des prostituées ou bien d’utiliser des somnifères pour limiter les dégâts causés par le sortilège. Ces pratiques ne l’enchantent guère mais c’est mieux que de laisser le véritable démon agir à sa guise. Les regrets du lendemain sont les pires sentiments qu’elle a pu ressentir jusqu’ici.

Les années passent, et ses recherches sont infructueuses. Elle se heurte à des murs, mais ne baisse pas les bras. Tout du moins, pas encore. Antinea ne s’est arrêtée de chercher qu’une fois certaine qu’elle a fait le tour de la question. La malédiction de sa mère semble irrémédiable… Alors elle se tourne vers la neurologie et neurochirurgie. Son désir de savoir est grand et elle passe à nouveau quelques temps à étudier, en même temps qu’elle guérit ses patients. La fatigue se dessine progressivement sur ses traits, sa faim se fait progressivement de plus en plus virulente. C’est à cette période-là qu’Hélène se voit offrir pour la première fois une jeune esclave hybride afin de lui tenir compagnie. Les choses s’enchaînant, Antinea intègre un centre de soin afin de soigner les esclaves blessés par leur maître. Les sévices subis par les esclaves suffisent grandement à conforter Antinea que jamais elle ne ferait du mal à son esclave. Elle a énormément de respect pour son hybride et jamais elle ne pourrait lui faire subir ne serait-ce que le quart de ce que certains esclaves ont pu subir avant d’être amenés à elle.

Sa relation avec son esclave va de bon train. Elles s’apprécient, se vouent une affection mutuelle. Au fil des années, Antinea voit les traits de son esclave vieillir, là où elle reste éternellement jeune. Suffisamment d’argent en poche, elle quitte l’appartement prêté par Hélène depuis de nombreuses années afin de s’offrir une magnifique villa luxueuse non loin de là. Un changement ne venant jamais seul, Antinea décidé d’élargir son savoir en se tournant vers les méthodes de soin pratiqué par les Anges. Cependant, elle ne s’attendait pas à ce que sa fascination pour ses êtres purs soit aussi grande. Elle développe ainsi une véritable curiosité à leur encontre, mais n’en oublie pas son objectif premier : soigner. C’est par ailleurs dans cet optique là qu’elle finit par ouvrir sa propre structure de soin ; prix de nombreuses années de travail et d’acharnement. Cette nouvelle structure accueille principalement les esclaves atteints de blessures et de maladies : un élément qui en fait jaser plus d’un du côté de sa famille qui voit l’évolution d’Antinea d’un très mauvais œil. Rarement les démons viennent frapper à sa porte pour demander assistance, et ce n’est pas plus mal comme ça parce qu’elle n’a absolument pas envie d’être liée à eux, de quelques façons que ce soit.

Alors que tout semble aller pour le mieux pour Antinea, un coup dur vient frapper à sa porte lorsque son esclave rend son dernier souffle. Elle perd non pas seulement une amante, mais aussi une très grande amie. C’est pourquoi elle l’enterre avec tous les hommages et les honneurs qui lui sont dus. Bien évidemment, ce n’est pas au goût de tout le monde car les critiques vont de bon train quant à la façon dont elle a offert une sépulture à cette dernière, mais Antinea s’en moque. Les commentaires, les ragots, tout ça lui passe dorénavant au-dessus. Elle est libre depuis bien des années maintenant ; elle n’a plus besoin de se justifier sur ses actes.

Plongée dans le travail, Antinea ne voit pas ses premières années de solitude passer. Bien sûr, au début, il s’agissait surtout d’une question de deuil car elle avait beaucoup apprécié son esclave ; et par la suite c’est tout simplement un manque de temps… Son travail au centre de soin lui prend énormément de temps, d’ailleurs, les cernes sont continuellement présentes sous ses magnifiques yeux bleus. Mais finalement, la solitude se fait de plus en plus présente, notamment le soir lorsqu’elle rentre. C’est lorsqu’elle s’affale dans son lit qu’elle se rend compte qu’il y a quelque chose qui manque dans sa vie. Bien qu’elle ait partagé sa vie avec une femme pendant plusieurs années, on pourrait croire que c’est de cela qu’elle a besoin, mais il n’en est rien. Dans ses songes les plus fous, il s’agit de chaleur masculine dont elle souhaite la présence. Peut-être qu’inconsciemment elle ne souhaite pas remplacer celle qui fut son amie. Alors elle se met à réfléchir. Que va-t-elle faire ? Reprendre ou non un esclave ? Un homme ? Ou à nouveau une femme malgré ses songes ? Finalement, c’est à la télévision qu’elle finit par trouver l’inspiration de bon matin. Aux informations, on annonce la capture d’un des leaders centraux de la résistance : un ange que l’on transfère dans un complexe hautement sécurisé en attendant sa prochaine vente. Antinea doit bien avouer ne pas avoir tout écouté, son attention s’est arrêtée à un seul élément : c’est un ange. La fascination de la succube pour cette espèce n’a pas cessé un seul instant de la hanter et avoir un ange comme esclave est une opportunité qu’on ne laisse pas passer car c’est quelque chose qui n’arrive qu’une fois (ou presque lorsque l’on considère la grande longévité des démons). C’est lorsque les images du bellâtre sont diffusées que la décision est prise. Il lui faut cet ange. Il est impossible qu’il en soit autrement. Elle a de l’argent. Beaucoup d’argent. Peu importe la somme demandée, elle la donnerait sans rechigner.

l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea Empty Re: l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea

Idrine Blooden
Idrine Blooden


Race du personnage : Démone pure

Re: l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea | le Dim 9 Fév - 22:16

Enfin un visage sur ce personnage !!!

Bienvenue ( même si je suis arrivée après x3)

l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea Empty Re: l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea

Antinea Harrelania
Antinea Harrelania


Race du personnage : succube

Re: l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea | le Lun 10 Fév - 13:00

merci beaucoup Like a Star @ heaven

& je pense avoir terminé ma fiche Very Happy

l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea Empty Re: l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea

Tobias Anrael
Tobias Anrael


Race du personnage : Archange (Ange Pur)

Re: l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea | le Lun 10 Fév - 21:25

Encore bienvenue à vous, chère maîtresse ~

Je suis ravi que ce prélien avec Tobias ait su t'interesser ! Very Happy
Maintenant, il ne reste plus qu'à attendre le passage d'un admin pour valider cette magnifique fiche Wink
A très vite en RP, je l'espère ! I love you

l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea Empty Re: l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea

Bakura
Bakura


Race du personnage : Démon ancien.

Re: l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea | le Mer 12 Fév - 9:42



Validation

Félicitations, tu es validée. Tu fais partie du groupe des Maîtres !

Tu peux faire ta demande d'esclave, lieu, métier et RPs ICI
Amuse-toi bien !

_________________
l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea Sign_Bakura_3
Ancienne sign:
l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea Ywwq

« Ils me le paieront. Tous autant qu'ils sont. »

l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea Empty Re: l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea


Contenu sponsorisé


Re: l'amour n'est parfait que grâce à son imperfection — antinea |

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum