-85%
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
22.95 € 149.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -23%
TV QLED Samsung QE65Q65R 2019
Voir le deal
999 €

Elisabeth Bathory, la nouvelle comtesse sanglante

Elisabeth Bathory, la nouvelle comtesse sanglante Empty Elisabeth Bathory, la nouvelle comtesse sanglante

Elisabeth Bathory
Elisabeth Bathory


Race du personnage : Vampire

Elisabeth Bathory, la nouvelle comtesse sanglante | le Jeu 6 Fév 2020 - 18:45



AVATAR

Votre personnage


Avatar : Camilla de Fire Emblem
DC ou TC ? : DC Suzaku
Âge : 290 ans
Orientation sexuelle : Pansexuelle
Race : Vampire
Groupe : Maitre
Métier : Armurière et candidate au poste de Générale Vampire

Parlez donc un peu de vous

Code du règlement (répondez à la question): ici
Âge : presque 23 ans
J'ai signé le règlement :
Une dernière volonté? :RIP


PHYSIQUE

Dire qu’Elisabeth est dotée d'une beauté atypique ne serait pas un mensonge, s’il y a bien une chose qu'on peut lui concéder, c'est cette beauté froide qui lui est propre et que l’on. Elisabeth est une belle femme que l’on remarque aisément. Les membres de sa famille diront que son physique est médiocre voir ingrat. Or ce n'est là que les avis de jaloux qui n’ont jamais accepté qu’elle soit nommée cheffe de famille au détriment de l’ainée. Pour les autres, elle est d'une splendeur fascinante et même envoûtante. Il ne serait pas exagéré de dire que beaucoup rêvent de l'avoir dans leurs bras, bien qu'ils ne risquent qu'à peine de l'effleurer. Sa peau est laiteuse, sa pâleur naturelle, ne faisant que plus ressortir sa beauté surnaturelle.

Elle a un visage voluptueux, c'est dû à ses longs cils qui mettent en valeur ses grands yeux couleur améthyste qui jugent les gens qui l'entourent avec une grande méfiance. Dotée d'une longue chevelure ondulée dans le ton lilas, la vampire n’aime pas les avoir attachés, ce qui lui donne un air un peu sauvage tant sa masse de cheveux est abondante. Elle les coiffe d'une tiare noire dépourvue d’ornement aux extrémités donnant l’impression d’avoir des cornes pour maintenir une longue frange effilée qui dissimule la cicatrice qui lui barre le côté gauche. Son visage délicatement dessiné laisse clairement apparaître un métissage asiatique. Ses yeux en amande révèlent une étincelle de malice et aussi peut-être un peu de folie !

Ce ne sont pas les seuls points généreux de son physique, l'on peut en dénombrer d'autres. Par exemple, ses lèvres pulpeuses et rougeâtres qui sont un appel aux baisers. Celles-ci dévoilant un sourire rarement vrai, plutôt trompeur, mais pourtant si charmant.
En descendant un peu, il est très difficile de passer à côté de sa poitrine des plus généreuses mise en valeur par un corset aux plaques métalliques noires bordées de liseré dorés et à son corps musclé au proportions idéales. On reconnait au premier coup d’œil qu’elle sait bien mettre ses formes en valeur en choisissant savamment ses tenues dans des tons sombres.


CARACTERE

Enfant et adolescente, la vampire était la joie de vivre incarnée, toujours souriante, toujours de bonne humeur, toujours prête à aider, esclaves y compris, on pouvait même parfois la considérer comme particulièrement naïve. Une grande partie de sa famille la considérait comme détraquée, comme si elle souffrait d’une maladie mentale. Elle est également très intelligente et perspicace, maniant très bien les mots et raisonnant à merveille. Elisabeth a aussi une âme de révolutionnaire , elle s'est investie dans la protection de sa race, vampires. Elle veut que les siens puissent vivre sans être écrasés par le pouvoir de vampires qui ne le méritent pas et qui ne le doivent qu’à leur nom et à leur cruauté et non à leurs actes.

A présent, Elisabeth se démarque par sa personnalité solitaire et sauvage plutôt étrange et imprévisible, voire particulièrement dérangée. C’est une vampire mature et enfantine à la fois, ne réagissant et n’agissant pas comme une personne de son âge et de son statut. Sa personnalité au fil du rasoir est une véritable dualité entre ce qu’elle est et ce qu’on l’a forcé à être au fil des ans. Par la suite, sa personnalité devient assez déformée en raison des mauvais traitements qu’elle a subi, car elle montre des signes évidents d'instabilité mentale. Cependant sa rage lui permet de maintenir son esprit à flot pour ne pas sombre dans une démence complète. Elle peut aussi faire preuve de sadisme, la vampire semble adorer l'horreur, le gore et baigne dans la terreur.

Elisabeth éprouve une immense haine envers les vampires supérieurs pensant qu'ils salissent le monde actuel. Lorsque Elisabeth est face à un vampire supérieur son comportement change de là où elle est calme et affectueuse avec ses rares proches, elle devient plus féroce et colérique face à cette caste qui a détruit une grande partie de sa vie, ce qui la rend d’une certaine façon hypocrite, faisant elle-même partie de cette caste supérieure. Elisabeth est aussi une femme qui n'a pas peur de se salir les mains, elle n'hésite pas à tuer ceux qui ne font pas parti de son cercle personnel quand la situation le nécessite.


POUVOIR
Existence diluée :

Le pouvoir d’Elisabeth est de pouvoir diluer son existence au point d’en devenir invisible et intangible aux yeux de ce qui l’entoure, que ce soit un être vivant ou un objet inanimé. Cela lui permet de pouvoir traverser les obstacles comme s’ils n’étaient pas là, pratique quand il faut agripper un cœur dans une cage thoracique sans effusion de sang. C’est ce qui fait d’elle un très bon assassin, mais aussi badass que puisse paraitre ce pouvoir, il a de gros inconvénients. Déjà parce qu’il est fatiguant, bien que diluer une partie de son corps, comme son bras, soit moins fatiguant que le faire sur son corps entier. L’autre inconvénient et sue si elle en abuse alors qu’elle atteint ses limites d’utilisation, elle cessera littéralement d’exister, même aux yeux de ceux qui la connaissent, comme si elle n’avait jamais existé.

Autres capacités :
- Capacités martiales : Bien que depuis sa libération elle se batte principalement avec une hache aussi grande qu’elle, Elisabeth excelle dans le combat rapproché contre les autres créatures, même une fois privée de ses pouvoirs.


HISTOIRE
Elisabeth est née à Nyírbátor en Hongrie, fief qui a vu naitre sa sanglante ancêtre dont elle a hérité le nom et c’est entourée de ses parents ainsi que de sa sœur ainé qu’elle a grandi. Il faut savoir que le clan Báthory est un clan matriarcal, où tous ont la parole, même les hommes dont les avis sont toujours pris en compte, mais seules les femmes ont un pouvoir décisionnaire. Étant la seconde née, elle n’a pas été élevée pour être l’héritière, ne connaissant pas les responsabilités de cette vie-là, elle pouvait donc se permettre de faire ce qu’elle voulait. Du moins, jusqu’à ce que sa grand-mère, la matriarche de la famille ne décide qu’au lieu de l’ainée, ce soit la seconde qui devienne héritière alors que cette dernière n’avait qu’une vingtaine d’année. Élisabeth savait très bien pourquoi la matriarche en avait décidé ainsi, Anoushka, sa sœur ainée, n’était pas faite pour diriger. Trop frivole, trop fantasque, trop dépensière, la liste était longue quand il fallait citer une raison pour laquelle elle ne convenait pas à ce rôle, là où la cadette était son opposé. La jeune vampire a très vite compris que cette décision venait de lui poser une cible dans son dos sur laquelle sa sœur se fera un plaisir de tirer, mais tant pis, l’avenir de la famille passe avant tout. Aussi extravagante que puisse être sa sœur, Élisabeth savait très bien qu’elle ne manquait pas de patience et que sa vengeance sonnerait tôt ou tard quand on ne l’attendrait pas. Elle a eu dans l’idée de la faire supprimer, mais elle ne put s’y résoudre, il s’agissait de sa sœur et elle espérait qu’avec le temps, elle s’assagirait. Ce n’est que plus tard qu’elle comprit que la laisser en vie était la pire des décisions qu’elle ait pu prendre.

Une cinquantaine d’années passèrent sans incident notables, Élisabeth asseyant petit à petit sa position d’héritière, s’entourant de plusieurs clans de vampires qui n’étaient pas de sang pur, qui n’étaient pas forcément noble non plus. Ces clans la suivaient parce qu’ils voulaient la même chose qu’elle, une société vampirique où tout le monde est sur le même pied d’égalité, ou les vampire, même de basse naissance puissent accéder à des postes haut placé parce qu’ils le méritent et travaillent dur pour ça, là où les nobles se complaisent dans des rôles qui leur sont acquis de par leur naissance. Elle a aussi formé sa propre famille après un mariage de convenance. Une petite fille naquit de cette union et au fil des ans, Élisabeth et son mari apprirent à s’aimer. Mais cette belle petite vie prit fin un soir de février, le soir où tous les membres de la famille étaient présent pour la passation de pouvoir entre la matriarche et Élisabeth, cette nuit fatidique ou Anoushka mis sa vengeance à exécution. Sur le chemin qui la menait au château familial, elle aperçût un des serviteur en train de courir sur la route, venant à sa rencontre. Arrivé à sa hauteur, il n’arrivait pas à sortir de parole cohérente, mais le sang qui tachait ses habits permit à la vampire de se passer d’explication. Jamais elle n’avait roulé aussi vite de toute sa vie. Un trajet qui aurait dû lui prendre 1 heure fut bouclé en une quinzaine de minutes top chrono.
L’odeur âcre qui lui sauta au nez dès l’ouverture de la porte d’entrée ne laissa plus aucun doute sur ce qui avait pu se passer ici. Elle se rua dans la salle de réception pour voir sa sœur debout parmi les cadavres des membres de sa famille qui la fixait avec un grand sourire.

- Ma chère petite sœur, il est grand temps que tu me rendes ce qui me revient de droit, non ? Il n’y a plus personne pour le contester à présent…

Mais Élisabeth ne l’écoutait pas, balayant la salle du regard pour ne trouver aucune trace du corps de sa fille et de son mari, était-ils arrivés en retard eux aussi ? Une lueur d’espoir anima la jeune comtesse, espoir qui fut vite balayé par la voix de son ainée qui brisa le silence imposé dans la grande pièce.

- Si tu cherches ton mari et ta fille… ils t’attendent dans ta chambre.

L’espoir naissant fut aussitôt soufflé par l’angoisse et la peur, Élisabeth abandonnant sa sœur pour se diriger au pas de course jusqu’à ses appartements, où la scène qu’elle découvrit la laissa sans voix, ne voulant pas croire à cette vision d’horreur. Lentement, machinalement, elle fit les premiers pas dans cette chambre à la décoration morbide, se laissant tomber à genoux devant le cadavre de son époux et de son unique enfant pour les prendre dans ses bras et les serrer contre elle, se moquant de finir avec ses vêtements tachés de sang ou même qu’on l’attaque lâchement à ce moment-là. Son cri de douleur brisa le silence qui s’était installé dans ce manoir sans autre vie que celle des deux dernières descendantes de la famille Báthory. C’est le rire de sa sœur ainée qui la tira de sa torpeur, Élisabeth sentait la haine monter en elle, sa soif de vengeance en devenait presque tangible tant la vampire bouillonnait d’une rage folle. Elle ne pensait qu’à une chose, la tuer, pire, la démembrer vivante pour la laisser mourir en se vidant de son sang, mais à peine leva-t-elle la main que sa sœur se mit à se frapper elle-même, à s’entailler la chair avant de se mettre à hurler qu’on lui vienne en aide. Élisabeth fut incapable de bouger tant la réaction de sa sœur l’a prise au dépourvu.  C’est à ce moment-là que le piège se referma sur elle, quand Élisabeth fût celle qui fût arrêtée sur base du faux témoignage d’Anoushka, quand elle lui hurla qu’elle la tuerait, qu’elle finirait par revenir d’une manière ou d’une autre pour lui faire payer cher ce qu’elle avait fait.

Le procès, ou plutôt le simulacre de procès, eu rapidement lieu et elle fut très vite déclarée coupable. L’absence totale de témoins disant la vérité n’avait pas joué en sa faveur, car les seul témoins, les seuls rescapés étaient fidèles à Anoushka. Elle ne fut pas mise à mort, chose qu’elle aurait préféré, mais fut condamnée à être déchue de son statut et vendue comme esclave. Élisabeth savait très bien pourquoi il en était ainsi, l’élite vampirique l’avait dans le collimateur depuis longtemps à cause de ses idées beaucoup trop révolutionnaires pour à la société des vampire. Ils ne voulaient pas sa mort non plus, ils voulaient l’humilier et ils avaient très bien réussit. Mais elle eût le droit à la parole avant de quitter le tribunal et c’est à sa sœur qu’elle s’adressa.

« A toi qui m’a tout pris, à toi qui m’as tout volé… Tout comme j’ai regretté de ne pas t’avoir tué cette nuit-là, je te ferais amèrement regretter de ne pas m’avoir tué…

Un acheteur fut vite trouvé, et à un prix très alléchant, après tout, Elisabeth était une esclave avec un certain pedigree et qu’il fallait briser à tous prix. Son maitre à tout fait pour, la violant régulièrement quand il ne la battait pas, mais son passe-temps favori restait la chasse à l’homme et la proie favorite du maitre et de ses amis n’était autre qu’Elisabeth en personne. Mais elle résistait, elle a toujours résisté, et tué tout ceux qui la poursuivait, tel était son quotidien. Plus d’une fois elle a fini dans une arène, où sœur prenait un malin plaisir à venir la voir en espérant qu’elle meurt. Plus d’une fois elle a fini entre la vie et la mort mais elle a survécu à chaque fois (sinon ça ne servirait à rien de vous raconter son histoire si à la fin elle crève, CQFD). Mais les coups répétés au visage et à la tête ont fini par la plonger dans le coma à cause d’une lésion cérébrale. Son maitre aurait pu la laisser mourir, mais ça aurait été se priver d’une source de revenus, les pari rapportaient gros quand elle combattait et une esclave d’une des grande famille de vampire ne courrait pas les rues non plus. Parfois, on ne la voyait plus que des semaines pour qu’elle se remette de ses blessures, mais quand elle revenait, tout le monde savait qu’il y aurait du spectacle. Elle était devenue la reine de la survie, chaque maitre qui arrivait à mettre la main sur elle était sûr que ce serait la dernière chose qu’il ferait de toute sa vie.

Voilà quel fut son quotidien pendant 120 ans, jusqu’à ce qu’un raid rebelle ne vienne mettre fin à son calvaire. Alors qu’ils libéraient les autres esclaves, l’un d’eux s’arrêta devant elle, prête à la tuer mais un homme l’en empêcha, il savait qui elle était et surtout que son homme n’avait aucune chance contre elle, même privée de ses pouvoirs. Qu’aurait pu faire un simple humain face à une femme capable de tuer un lycan à mains nues. L’homme la libéra, contre la promesse qu’elle ne s’en prenne pas à eux cette fois-ci, ce qu’elle accepta tant la Rébellion n’était pas sa priorité, non elle avait une vendetta à mener. Le soir même, elle s’introduisit dans le château familial où sa sœur avait élu domicile une fois débarrassée de tout le monde. Ce fut la première erreur, vivre dans un lieu qu’Elisabeth connaissait comme sa poche, ce qui lui permis de facilement trouver la chambre où était sa sœur. C’est en silence qu’elle pénétra dans la pièce et s’installa sur le rebord du lit. Elle resta quelques seconde à contemple sa sœur ainée, même avec les années, elle n’avait pas changé, elle la trouvait toujours aussi belle, mais ça ne changeait en rien le fait qu’elle lui avait tout volé, et qu’il était temps qu’elle paye.  Elle posa doucement sa main qui commençait déjà à se dématérialiser sur la poitrine d’Anoushka, l’enfonçant doucement jusqu’à atteindre son cœur. La plus âgée des deux vampire se réveilla aussitôt et constata avec effroi la présence de sa cadette, la main plongée dans sa cage thoracique.

« Ma chère grande sœur, il est grand temps que tu me rendes ce qui me revient de droit, non ? »

Elle l’avait prévenu qu’elle reviendrait et qu’elle serait la première d’une longue liste de personne à qui elle ferait payer l’enfer qu’elle a vécu durant toutes ces années. Elle serra son cœur lentement, laissant sa propre sœur suffoquer et se tordre de douleur, une lueur de joie dans le regard. Elle joua ainsi pendant de longue minutes avant de se lasser et de mettre fin aux tourments de sa sœur, relâchant son cœur. Elle la confia aux bons soins d’un des rares amis qui lui avait été fidèle et qui n’avait jamais cru en la culpabilité d’Elisabeth. Anoushka fini par avouer la vérité, sous la torture mais ce n’est qu’un détail, et énuméra publiquement la liste de ses méfait, blanchissant sa sœur du massacre des Báthory pour lequel elle avait été réduite en esclavage pendant plus d’une centaine d’années. Mais contrairement à Anoushka qui avait demandé à ce que sa sœur devienne une esclave, Elisabeth demanda la tête de sa sœur et elle l’obtint. Aucune aide ne lui fut apporté de la part des siens, soit les sang purs, et elle dû tout recommencer à zéro, reformant son clan, sa famille petit à petit, accueillant les vampires de toutes caste, sans distinction. Mais la vie a un cout et elle décida de se lancer dans la vente d’armes en tous genre, de manière légale via ses boutiques "Friendly Fire" dispersée dans le monde pour la vente d’armes de poing, mais elle n’hésitant pas à basculer dans l’illégalité quand il s’agit d’arme plus exotiques ou plus imposantes.


Elisabeth Bathory, la nouvelle comtesse sanglante Empty Re: Elisabeth Bathory, la nouvelle comtesse sanglante

Bakura
Bakura


Race du personnage : Démon ancien.

Re: Elisabeth Bathory, la nouvelle comtesse sanglante | le Dim 15 Mar 2020 - 12:27



Validation

Félicitations, tu es validée. Tu fais partie du groupe des Maîtres !

Tu peux faire ta demande d'esclave, lieu, métier et RPs ICI
Amuse-toi bien !

_________________
Elisabeth Bathory, la nouvelle comtesse sanglante Sign_Bakura_3
Ancienne sign:
Elisabeth Bathory, la nouvelle comtesse sanglante Ywwq

« Ils me le paieront. Tous autant qu'ils sont. »

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum