Le deal à ne pas rater :
Les 10 jeux vidéo indispensables pour bien vivre le confinement
Voir le deal
anipassion.com

Le secret de la cave numéro 8 - Ester

Le secret de la cave numéro 8 - Ester Empty Le secret de la cave numéro 8 - Ester

Ester Hyfian
Ester Hyfian


Race du personnage : Succube

Le secret de la cave numéro 8 - Ester | le Sam 13 Juil - 16:06



AVATAR

Votre personnage


Avatar : Enkidu de Fate/Strange fake 
DC ou TC ? : /
Âge : 125 ans
Orientation sexuelle : inconnue / en fonction des désirs de son/sa partenaire
Race : Succube/Incube
Groupe : Maître
Métier : recherche en cours


Parlez donc un peu de vous

Code du réglement (répondez à la question) : les grenouilles
Âge : pratiquement 32 automnes
J'ai signé le règlement : oui
Une dernière volonté? : un abonnement chez Landha Corp fitness


PHYSIQUE
Ester a un aspect androgyne. Il est difficile de savoir s’il s’agit d’une femme ou d’un homme, bien qu’une fois les vêtements enlevés, on ne remarque pas d’attribut masculin et, dans un sens tant mieux pour elle, pas plus de poitrine. Ester s’habille de manière neutre. Moins on la remarque, moins elle risque d’être en proie à son pouvoir. Elle a une peau fine et laiteuse, des cheveux verts, hérités du patrimoine génétique de Landha et des yeux bleus (ceux-là, on ne sait d’où ils viennent). Hormis ces quelques traits, elle n’a rien de particulier, si ce n’est un regard un peu vide. Celui-ci évoluera peut-être avec le temps, une fois qu’elle se sera construite.


CARACTERE
Ester ne sait pas qui elle est, ce qu’elle est et ce à quoi elle aspire. Elle sait qu’elle aime mieux éviter les gens et à coup sûr, éviter les bains de foule. Son pouvoir est sa hantise et la pousse à une solitude peut-être non désirée. Pour l’heure, elle n’a aucun caractère, elle est une coquille vide qui veut se remplir, se découvrir. Ester comme un enfant qui doit apprendre de la vie, tout en connaissant déjà sa part d’ombre. Peut-être est-elle elle-même une personne malfaisante, elle l’ignore. Sa personnalité va se construire au fur et à mesure de ses rencontres.


POUVOIR
Votre plus profond désir charnel : transforme Ester en le désir charnel plus ardent (ou refoulé) de la personne en face d’elle. Son corps se métamorphose intégralement pour une période de 12 h pendant laquelle tant son corps que son esprit ne lui appartiennent plus, devenant le fantasme de son/sa partenaire. Une fois la douzième heure arrivée, Ester récupère son esprit et son corps retrouve doucement son apparence d’origine (il lui faut 24 h pour être physiquement de nouveau elle-même). Elle ne peut se retransformer qu’après avoir totalement récupéré son corps et, suivant l’usage qu’il a été fait du fantasme, une seconde période de 24 h est nécessaire à son corps pour être régénéré et pouvoir à nouveau se transformer.
Ester N’EST PAS maître de son pouvoir, celui-ci se déclenche à son insu lorsqu’une personne proche d’elle a un profond désir charnel. Dans un groupe de personne, son pouvoir sélectionnera toujours un incube/succube en priorité.


 
HISTOIRE
*Où suis-je ? Et d’abord, qui suis-je ou que suis-je ?*

Je m’agite, et je remarque que je suis dans un grand tube en verre, relié à des tubes et un masque est sur mon visage. Ce masque m’aide à respirer. Au travers de mon bocal, je vois deux personnes qui discutent. Un être de sexe indéfini en blouse blanche et une femme à la longue chevelure verte. Elle serait nue que l’on ne verrait pas beaucoup de différence avec cette tenue de cuir archi-découpée. Mais au moins, je sais sans aucun doute que c’est une femme.

*Tiens, ils viennent de remarquer que je me suis agité. Ils sont grossiers à me montrer ainsi du doigt.*

- Elle s’est éveillée. Finalement, vous n’êtes pas si inefficace, professeur !

- Madame Sanguir, je suis un des plus grands généticiens que vous pourriez trouver sur le continent Nord-Américain. J’aimerais que, pour la toute dernière fois, vous vous en rendiez compte. Mais je suis tout aussi surpris de vous que le sujet soit déjà éveillé. J’ai poussé sa maturité à 18 ans. J’ignore par contre comment son esprit a assimilé les informations diffusées en boucles dans son tube. Elle devrait être à même de parler et de se déplacer seule, mais il  ne faut pas espérer que son pouvoir soit déjà actif.

La femme s’avance vers mon tube, elle est juste en dessous de moi, seul le verre et un mètre de liquide nous séparent.

- Ne la sous-estimez pas. Elle est, en quelque sorte, ma fille.

- Certes, j’ai utilisé votre matériel génétique comme base, mais elle n’est malgré tout qu’un produit de mon génie de généticien. Et vous savez, tout comme moi, qu’il est impossible dans les gènes de savoir le pouvoir qui sommeille en chacun de nous.

*Je n’entends rien. Mais il me semble qu’ils ont un différend me concernant. En tout cas, cette femme dégage une aura, pratiquement une comme un parfum envoûtant. Je me sens bizarre, c’est comme si...*

- Madame Sanguir, éloignez-vous du sujet. Il semblerait que votre aura de succube le perturbe. Son corps, il… Il...

- Et bien quoi, son corps ?

Landha se retourna vers la créature dans son tube et la voit onduler, se tordre et se métamorphoser.

- Eh bien, je pense que je vais vous croire, très cher. Il semblerait que vous ayez réussi. Elle se transforme déjà, rien qu’à avoir effleuré mon fantasme du jour.

Je sens tout mon corps craquer, grincer, se modifier. Des cornes et des piques jaillissent de mes articulations tandis que mes pectoraux grossissent. Je sens affluer la testostérone en moi et soudain, surgissant de nulle part, un membre bosselé d’une bonne quarantaine de centimètres pousse entre mes jambes. Ma métamorphose est achevée et une idée écrase mon esprit, refoulant ma conscience au plus profond de mon être pour limiter ma raison d’être à « Il me faut embrocher la donzelle jusqu’à l’épuisement ».
Ensuite, le trou noir, le vide.

Je me réveille dans ce même tube, flottant toujours dans le liquide, le masque respiratoire sur le visage. Mon corps est douloureux, j’ai l’impression d’être passée sous un rouleau-compresseur. Mais au fait ? Qu’est-ce qu’un rouleau compresseur ? Je connais des mots, des expressions et pourtant, je sais au plus profond de moi que je ne suis jamais sortie de ce tube.

*J’ai mal. Ma peau me démange comme si des épines la transperçaient. Tiens, je suis seule cette fois. Je ferai mieux de me rendormir, je sens mon corps fatigué*

Je me réveille, mais cette fois-ci je suis couchée sur un lit. J’ai enfin pris conscience que je suis un être féminin. En tout cas, mon corps ne présente aucun des attributs masculins de ma transformation. L’air me semble frais, mais tellement plus agréable que l’air rêche du respirateur.
Je me redresse sur l’objet que ma mémoire assimile au mot « lit ». A côté de moi, une petite boîte rectangulaire avec des boutons. Curieuse, je l’attrape et j’appuie sur un bouton, ce qui a pour effet d’allumer un carré lumineux dans le mur. Surprise, je recule et bascule du lit. La douleur est oubliée, noyée dans ma peur de cette chose lumineuse. Malgré tout, la curiosité l’emporte et je me redresse légèrement, histoire de l’apercevoir, planquée derrière le lit. L’écran est blanc et soudain, la femme aux cheveux verts y apparaît.

- Ah bien, je vois que tu es réveillée. J’ai du te déplacer ici, à l’abri des regards indiscrets à cause de cet abruti de scientifique qui a voulu enregistrer ton code génétique sous brevet.
Il aurait pu se douter que des succubes de synthèse, ça n’allait pas être validé par un quelconque conseil éthique. Même si j’ignorais que ça existait.


La dame dans l’écran pousse un long soupir regarde ailleurs puis, comme si elle savait où je me trouvais exactement, me lance un regard perçant et à la fois un peu envoûtant. Comme le serpent qui hypnotise la souris qu’il s’apprête à dévorer.

- Dire que tu aurais pu être la première d’une nouvelle gamme de jouets Landha Corp : les succubes de maison. J’avais déjà prévu toute la campagne publicitaire pour te présenter au monde… Et tellement de fantasme à faire découvrir au travers de ta personne. Dommage que ton pouvoir n’aie qu’une durée si limitée dans le temps. Tu t’es effondrée dans mes bras après seulement douze heures de joyeux ébats. Et tu as mis pratiquement une semaine à te réveiller. Ma pauvre petite… Si fragile...

Je ne comprenais pas trop ce que la dame avait raconté. Néanmoins, j’avais pu récupérer comme information que j’avais un pouvoir et qu’elle avait abusé de moi après ma transformation. Et aussi, chose non négligeable, que ma geôle serait désormais cette pièce plutôt qu’un tube. Au moins, j’avais gagné en espace.

Le temps passait et la dame venait, rarement, me rendre visite. A chacun de ses passages, je sombrais dans un état second, mon corps ne m’appartenant plus mais devenant le jouet de ses désirs.
Hormis ces visites, je restais seule. Je ne manquais pas de nourriture, un espace dans le mur, certainement un passe-plat savamment aménagé, me dispensait trois repas par jour ainsi que de l’eau à volonté. La télévision n’avait qu’une chaîne publicitaire vantant les produits de ma geôlière. Le temps était long et en même temps, n’ayant aucune envie particulière, il ne me pesait pas. Je n’avais aucun désir, aucune aspiration : être moi et non pas un des désirs malsains de cette démone me suffisait.
Être moi, la seule question qui demeurait sans réelle réponse. Le temps passait, et je n’arrivais pas à trouver une quelconque réponse. Tout au plus m’étais affublée d’un nom « Ester ». Il m’est venu une fois, après des propos que Maîtresse Landha avait tenu après avoir abusé de mon corps. La transformation m’avait moins fatiguée, elle voulait une femme, ma métamorphose avait moins puisé dans mon énergie. Elle m’a dit, ce jour-là : « Est-ce terrifiant de prendre du plaisir avec moi ? ». Ester Hyfian, ça sonnait si bien pour définir mon absence de personnalité.

Nous sommes… Plus tard. Bien plus tard. N’ayant aucune notion de temps, j’ignore combien de jours ou d’années se sont écoulés depuis la dernière visite de Maîtresse Landha. Cela fait déjà douze repas que le passe-plat ne m’a pas servi. Il doit être arrivé quelque chose à ma geôlière. Et bientôt, ce sera mon tour de mourir, mais en ce qui me concerne, sans avoir réellement vécu. Tant pis, je ne peux quand même rien faire pour éviter le sort qui est le mien.

*Autant s’allonger sur ce lit si douillet. Il est peut-être la seule douceur que j’aie réellement eue durant ma vie. J’ignore même si elle a été courte ou longue. A quoi bon...*

Je me couche et m’enroule dans le velours, ignorant la souffrance de mon estomac. Bientôt, je serai comme dans les rêves éveillés que je faisais lors de mes métamorphoses. Et peut-être que la mort m’offrira quelque chose de vrai dans ma vie.

Du bruit, des voix, un vacarme assourdissant. Ça vient de la porte de ma geôle. On dirait que l’on essaie de forcer la serrure. Puis, une explosion. Apeurée, je me jette sous le lit, évitant ainsi la poussière qui retombe dans la pièce. Puis, des pas et des voix.

- Ici, sous le lit !

- Comment peux-tu en être aussi sur ?

- La regarde, dans la poussière, des traces de pas.

Un homme se penche, il sent très fort et est fortement poilu.

- Allez, viens ma belle, on ne te fera aucun mal. On est venu te libérer de cette satanée cave.

*Une cave ? Ma prison était donc dans un sous-sol. Enfin, pour ce que cette information peut m’apporter. J’ai des doutes sur le « on ne te fera aucun mal*. Je suis certaine qu’ils ont plein de désirs détraqués qui leur passent par la tête. Montrons nous docile, ça nous a toujours gardé en vie.*

Timidement, je me glisse hors du lit. Les hommes sont deux. Le grand poilus et un plus petit avec un insigne. Ils veulent me toucher, je recule. Pour le moment, ma malédiction de pouvoir semble se maîtriser, je ne voudrais pas qu’un contact physique le déclenche. Je n’ai jamais été en contact avec plusieurs personnes, j’ai peur des conséquences.
Le plus petit fait au signe à son comparse de me laisser. Il est maniéré et courtois et m’invite à le suivre. C’est donc entre ces deux hommes que je découvre le monde extérieur. Même si, le temps de la traverser, je trouve que ma prison était bien décorée. Je n’aurais jamais pensé que des caves puissent être aussi délicate. La traversée de la boutique à l’étage fait frissonner mon corps, bien que j’ignore pourquoi. Très certainement que Maîtresse Landha a fait usage du contenu de ces lieux sur ma personne. Mais seul mon corps s’en souvient, mon esprit n’en garde aucune trace.

Les deux hommes me font asseoir dans une étrange boîte sur roues. Quand elle démarre, je ne peux retenir un petit cri. Le plus grand des deux en rit, le plus petit me jette un regard compatissant. Il m’inquiète car Landha avait le même regard avant de dévorer ma chair de ses fantasmes.

Nous roulons jusqu’à un hôpital ou un médecin m’examine longuement, me faisant passer divers examens. Finalement, on me laisse dans une chambre avec un plateau repas. La nourriture a un goût étrange, mais mes jours de jeûne me font vite oublier le manque de saveur du plateau-repas standard d’un hôpital.
Dans la pièce d’à côté, le médecin fait son compte-rendu aux policiers venus me délivrer.

- Les examens l’attestent, c’est une succube. Pourtant, elle n’a aucun désir, aucune personnalité. On dirait pratiquement un automate. Si elle a un pouvoir, elle n’a à aucun moment fait mine de l’utiliser. Les examens cognitifs montrent qu’elle est intelligente, mais ses connaissances ne dépassent pas le niveau du primaire. Je pense qu’elle a passé son existence dans cette cave.

- Effrayant ! Cette Landha Sanguir a bien fait de disparaître avant que l’on ne mette la main dessus. Dire qu’elle avait pratiquement réussi à effacer le dossier de manipulation génétique qu’elle avait initié avec un savant fou. Sait-on l’âge qu’elle a ?

- Difficile à dire, mais la datation de ses cellules lui donnerait un peu plus d’un siècle. Difficile d’être précis.

- Ça semble coller avec la date demande de dépôt du brevet, il y a 103 ans d’ici. Admettons qu’elle aie été prête à être vendue quand le professeur Köning est venu déposer son intention de brevet, ça lui ferait 121 ans. Mettez ça sur son certificat.

- Qu’est-ce que la justice va faire de cette pauvre enfant ?

- La procureur des Ryan décidera. Je suppose qu’elle va recevoir une éducation compensatoire et un foyer. Si elle n’a jamais connu autre chose que la cave numéro huit, c’est la meilleure chose à faire.

- En effet, elle n’est pas en état de se débrouiller seule. Elle a tout à apprendre de la vie. A moins que l’on ne décide de… De la faire disparaître. Elle est tout de même une succube de laboratoire. Je ne pense pas que l’on aie, hormis elle, réussi à en créer génétiquement.

- On ne le saura jamais. Les notes de recherche annexées à la demande de brevet ont été détruite. Espérons que cette petite survivra dans ce monde.

Quatre ans plus tard, et après avoir reçu une éducation de remise à niveau, Ester emménageait dans un petit studio de Los Angeles pour commencer, enfin, sa vie.
Bon, pour en arriver là, elle avait succombé quelque fois à son pouvoir, dû changer un certain nombre de fois de professeur et, bien souvent, se retrouver à l’isolement pour ne pas se transformer au milieu de ses camarades pour assouvir les fantasmes de l’un ou de l’autre.
Ces quatre années lui avaient permis, non pas de domestiquer sa malédiction, mais de sentir les signes avant-coureurs d’une transformation, lui permettant de fuir avant qu’il ne soit trop tard.

*Aujourd’hui commence le vrai test : je vais construire ma vie, je vais apprendre qui je suis !*

Le secret de la cave numéro 8 - Ester Empty Re: Le secret de la cave numéro 8 - Ester

Padparadscha
Padparadscha



Re: Le secret de la cave numéro 8 - Ester | le Sam 13 Juil - 17:36

Rebienvenue ! ♥

Je vais vite m'occuper de toi... xD Dès ce soir !

_________________
Le secret de la cave numéro 8 - Ester Ifou

Le secret de la cave numéro 8 - Ester Empty Re: Le secret de la cave numéro 8 - Ester

Anonymous
Invité
Invité


Re: Le secret de la cave numéro 8 - Ester | le Sam 13 Juil - 18:00

Re bienvenue ♥

Le secret de la cave numéro 8 - Ester Empty Re: Le secret de la cave numéro 8 - Ester

Ester Hyfian
Ester Hyfian


Race du personnage : Succube

Re: Le secret de la cave numéro 8 - Ester | le Sam 13 Juil - 19:08

Merci à vous deux, charmantes damoiselles.

Le secret de la cave numéro 8 - Ester Empty Re: Le secret de la cave numéro 8 - Ester

Amber Arinawël
Amber Arinawël


Race du personnage : Demi-démone par modification génétique

Re: Le secret de la cave numéro 8 - Ester | le Sam 13 Juil - 22:37

Re bienvenue !

_________________
♦️ Fiche de RP

Le secret de la cave numéro 8 - Ester Empty Re: Le secret de la cave numéro 8 - Ester

Ester Hyfian
Ester Hyfian


Race du personnage : Succube

Re: Le secret de la cave numéro 8 - Ester | le Dim 14 Juil - 11:42

Merci Amber

Le secret de la cave numéro 8 - Ester Empty Re: Le secret de la cave numéro 8 - Ester

Bakura
Bakura


Race du personnage : Démon ancien.

Re: Le secret de la cave numéro 8 - Ester | le Dim 14 Juil - 11:44



Validation

Félicitations, tu es validé(e). Tu fais partie du groupe des Maîtres !

Tu peux faire ta demande d'esclave, lieu, métier et RP ICI

Amuse-toi bien !

_________________
Le secret de la cave numéro 8 - Ester Sign_Bakura_3
Ancienne sign:
Le secret de la cave numéro 8 - Ester Ywwq

« Ils me le paieront. Tous autant qu'ils sont. »

Le secret de la cave numéro 8 - Ester Empty Re: Le secret de la cave numéro 8 - Ester


Contenu sponsorisé


Re: Le secret de la cave numéro 8 - Ester |

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum