Deliciously Evil :: Administration :: Personnages :: Personnages validés :: Rebelles

Bon, celui-là est sauvé, au suivant ! [Marcus Bracket][Terminé]
Aller en bas

Marcus Bracket
Voir le profil de l'utilisateur
Race du personnage : Humain
MessageSujet: Bon, celui-là est sauvé, au suivant ! [Marcus Bracket][Terminé] Jeu 10 Jan - 1:26


AVATAR

Votre personnage


Avatar : Docteur Henry Watson de Sherlock Holmes  
Âge : 35 ans
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Race : Humain
Groupe : Rebelles: alliance
Métier : cellule médicale (chef ?)


Parlez donc un peu de vous

Code du réglement (répondez à la question): Validé par Joya^^
Âge : 20 ans
J'ai signé le réglement : Oui
Une dernière volonté? : A quoi bon ?


PHYSIQUE
Marcus (ou le Doc’, comme on l’appelle) est tout ce qu’il a de plus humain, un mètre soixante-treize. Il a a quelques rides sur le visage même si il n’a pas encore atteint un âge vénérable. Malgré ses cernes apparentes, ses yeux gris laissent apparaître une intelligence insoupçonné. Il est toujours vêtue de sa veste d’aviateur sur laquelle est cousue la fameuse croix-rouge, désignant les services médicaux en tant de guerre, ainsi que de sa casquette vissé sur sa tête, accompagné  du fameux caducée cousue dessus. Cette casquette cache également des cheveux noirs coupé court,  dernier symbole physique de son passage à l’armée.
ll a également trois cicatrices parallèles sur la poitrine, un cadeau qu’un lycan lui ai laissé.
Bien sûr, il dispose de la tenue de chirurgien standard si il doit opérer.


CARACTERE
Antipathique, désagréable, vulgaire, tels sont les adjectifs qui caractérisent le Doc’. Il n’aime pas pas particulièrement la compagnie et le fera vite savoir aux inopportuns qui osent le déranger. C’est un grand solitaire, préférant rester à son bureau, une bouteille d’alcool dans la main gauche,  un stylo dans la main droite, occupé  à noter ses diverses remarques sur les particularités physiques des « nouvelles espèces », comme il aime les appeler, c’est à dire : les démons, lycan, vampire et autres tumeur de ce monde.  Mais, il lui arrive souvent de s’extasier devant les particularités physique de ceux-ci ainsi que ceux des hybrides, qu’il n’hésitera pas à noter dans son carnet personnel. En revanche, ce n’est pas parce qu’il aime bien trifouiller dans leur cadavre avec son scalpel qu’il en apprécie les spécimens vivants !
Il exècre particulièrement les démons et les succubes/incubes, le Doc’ les considère comme les principaux responsables de l’esclavage des humains.
En deuxième position vient les lycans, il occupe une place particulière dans le coeur du docteur, probablement à cause d’un de leur représentant qui a bien failli le massacrer. Il les considère comme des êtres instables, pouvant tuer quelqu’un pour un oui ou pour un non.
Rébellion ou non, il les mettra tous dans le même panier. Mais il acceptera de soigner et d’opérer ceux de la rébellion, tout simplement parce qu’il se considère comme le meilleur chirurgien au monde et s’évertue à le prouver à chaque opération.
Quand aux anges et aux hybrides, il les considère avec une pointe de pitié, après tout, le premier s’est battu pour l’humanité et a perdu, certains ayant perdue, d’autres ayant rejoint le destin de l’humanité, tandis que le second fut crée par clonage pour satisfaire les plaisirs pervers des nouvelles espèces.
Il doit notamment son expertise à deux choses :
Sa mémoire photographique, qui lui permet de se rappeler d’un grand nombre de connaissance sur l’anatomie, ainsi que les diverses opérations pouvant être pratiqué avec la plupart des instruments médicaux.

Son calme, son temps passé à opérer et à se battre pendant les dernières années de la guerre lui ont donné un calme légendaire, lui permettant de garder son sang-froid dans la pire des situations. Ce qui se caractérise parfois avec une dose d’insultes mêlé d’une pincette de mépris exprimé dans le plus grand calme du monde.
Mais son comportement cache autre chose : Marcus n’espère plus, après tout ce qu’il a vu, il considère que l’espoir n’est plus permis : l’humanité est foutu.

Il faut également savoir que le Doc’ n’a confiance qu’en deux chose : lui-même et ses armes. Il n’a pas rejoint la rébellion à cause de ses idéaux, il l’a rejoint car c’était la seule qu’il pouvait faire, mis à part devenir esclave.
Pour lui, la rébellion est voué à l’échec, que peut-elle faire face à un démon tel que Mephisto, qui pourrait les éradiquer d’un claquement de doigt ?
Mais sa plus grande crainte est de devenir de qu’il abhorre et le fait de se retrouver dans une situation de ce type est probablement une des rares choses qui puissent le faire paniquer.


POUVOIR
Marcus n’a aucun pouvoir mais il a de l’équipement ! Il a toujours son éternelle sacoche de médecin à ses côtés, contenant divers instruments médicaux et divers objets utiles à sa profession (antalgiques, alcool, bandages...). Il ne faut pas non plus oublier ses connaissances médicales, Le Doc' est un chirurgien accompli, capable d'effectuer de nombreuses opérations...En fonction de l'équipement qu'il a à sa disposition.

Mais Marcus n’est pas sans défense, il ne se sépare jamais de son Glock 26 doté d’un viseur reflex. C’est une arme facile à cacher dans sa veste, ce qui lui permet de dégainer facilement en cas de menace. Mais si jamais il devait sortir pour soigner sur le terrain, il pourra toujours compter sur son Remington 870 modifié pour accueillir sept cartouches.


HISTOIRE
Avant toute chose, il faut savoir que Marcus est né bien après la guerre,  mais Marcus eut la chance de ne pas être né esclave, mais d’être l’enfant une enfance convenable entouré de parents aimant mais xénophobe, ceux-ci en voulait aux nouvelles espèces de leur avoir enlever leur liberté. Mais ce qui distingua le jeune Marcus des autres fut sa mémoire photographique, elle lui permettant de retenir tout ce qu’il entendait et lisait avec une précision incroyable. Cette capacité rare lui fut plus qu’utile , mais cela l’éloigna également des autres. En effet, cette facilité développa chez lui un ego surdimensionné qui se caractérisa par un mépris à moitié dissimulé et un air hautain qu’il affichait tout le temps.

Il se passionna très tôt pour la chirurgie, trouvant en la complexité de la chirurgie, un défi digne de lui et de sa mémoire extraordinaire. Il dévora chaque livre, chaque informations concernant l’anatomie humaine ainsi que les différentes opérations possible sur le corps humain. Mais sa facilité ne fit rien pour arranger sa sociabilité, préférant rester dans son coin à se passionner pour la chirurgien plutôt que d’aller rechercher le contact mais cela ne les dérangeait pas outre mesure, la plupart des contacts qu’aurait pu avoir le doc étaient non-humain. Finalement, une fois qu’il considéra ses « études » achevés, il demanda à être prit dans la service médical de la résistance et exerça quelques mois, ses connaissances de chirurgie impressionnante contrebalança son jeune âge. Mais il fit une chose qui surprit sa famille qui s’attendait à le voir devenir un chirurgien de l’arrière, il devint un médecin de combat pour la rébellion. La raison de cette décision était pourtant simple : dans ce monde, le Doc’ estimait qu’il devait savoir se battre pour survivre.


Mais pour la première fois de sa vie, Marcus se dit qu’il avait peut-être fait une connerie en devenant un soldat de la rebéllion. Sa mémoire se révéla inutile dans ce milieu, le physique et le travail d’équipe occupant des places bien plus importantes. Le début fut particulièrement dur pour Marcus, son orgueil fut littéralement traîné dans la boue et son ego brisé en mille morceaux par les hurlements et les insultes des hommes qui furent ses supérieurs hiérarchique. Même si il s’était avéré exécrable au début de cette longue leçon de vie, les hybrides qui allaient devenir ses camarades comprenaient la notion du travail d’équipe et ne le laissèrent pas tomber, malgré ses réflexions déplacé sur leurs origines. Au début, Marcus rechignait à accepter leur aide, des traces d’ego et de racisme l’empêchant d’accepter leur aide, les considérant comme inférieur à lui, mais au fil des mois, comprenant enfin qu’il n’y arriverait pas tout seul, Marcus acceptait leur aide et découvrit enfin la force du travail d’équipe. Une fois l’entraînement fini, Marcus fut assigné, sans surprise, en tant que médecin de combat dans son escouade, c’est également à ce moment là que ses coéquipiers lui donnèrent le surnom « Doc’ ». Mais les liens qu’il forma avec eux dépassèrent le milieu professionnel et l’escouade se retrouva pour diverses raison, prendre une pauses entre deux missions, organiser une fête, il fut même le chirurgien qui s’occupa de la femme d’un de ses amis lorsqu’il y eu des complications lors de l’accouchement.
C’était la première fois que Marcus avaient des amis et cela ne lui déplaisait absolument pas. Il ne considérait plus les hybrides comme de la boues sous ses chaussures désormais, mais il garda une haine tenace des espèces originelles, une haine qui n’allait pas tarder à se raffermir.

Les missions devint de plus en plus risqués, les ennemis de plus en plus meurtrier. Certains de ses camarades moururent, non pas parce que Marcus ne réussissaient pas à les soigner, mais parce que leurs ennemis étaient tellement brutal qu’il n’hésitait pas à les réduire à l’état de pulpe.


Malheureusement, ce qui resta de l’escouade du Doc’ éclata lors d’un raid sur le territoire des lycans ils eurent le malheur de tomber dans une embusacde, une nuit ou la lune était pleine. Il n’eurent même pas eu le temps de réagir, le Doc’ s’était fait projeter contre un mur, des sillons sanglant apparaissant dans son dos. La puissance du choc le cloua au sol mais il fut en première place pour voir ses deux derniers amis se faire réduire en charpie par les lycan.
Marcus voulu se lever et se battre mais, au lieu de cela, il sombra dans l’inconscience.  Il aurait pu mourir ici et devenir une des nombreuses victimes de cette guerre mais ce fut son jour de chance, ou de malchance, selon le point de vue de chacun.
Les rebelles, inquiété par le silence radio de son escouade, avait envoyé une équipe de reconnaissance, pour voir ce qu’il s’était produit. Voyant le Doc’ toujours en vie, ils l’amenèrent à la base, le plus rapidement possible, les blessures du Doc’ étant assez grave...Du moins, pour un humain. Il fut soigné mais il garda les traces de cette rencontre fatale.

Après sa convalescence, le Doc’ continua son travail pour la résistance avec une certitude : l’humanité était foutue : comment vaincre un adversaire quasi imperméable à la technologie ? La réponse s’imposa à lui avec une effrayante logique : s’adapter ou mourir. Les conséquences qu’impliquait ce raisonnement le firent, et le font encore frissonner. Il garda sa haine tenace envers les nouvelles espèces, les considérant comme des brutes et des meurtriers...néanmoins supérieur intellectuellement et physiquement à l’humanité. C’est, après cette mission fatidique, qu’il fut connu sous le nom du « Doc’ », le détestable chirurgien raciste de l’alliance, dépressif à ses heures perdues, mais au travail exemplaire.

Revenir en haut Aller en bas
Joya Amora
Voir le profil de l'utilisateur
Race du personnage : Ange
MessageSujet: Re: Bon, celui-là est sauvé, au suivant ! [Marcus Bracket][Terminé] Lun 14 Jan - 1:29


Validation

Félicitation, tu es validé. Tu fais partie du groupe Rebelles de l'Alliance.

Tu peux faire ta demande de maître ou esclave, lieux, métiers et RPs ICI
Amuses toi bien!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Deliciously Evil :: Administration :: Personnages :: Personnages validés :: Rebelles