-17%
Le deal à ne pas rater :
Vente Flash : Ecran PC Samsung C27R500FHU
149.99 € 179.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -82%
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
Voir le deal
19.90 €

Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée]

Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] Empty Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée]

Svetlana Ulanova
Svetlana Ulanova


Race du personnage : Démone pure.

Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] | le Jeu 27 Sep - 12:41



AVATAR

Votre personnage


Avatar : Rias Gremory de HighSchool DxD
DC ou TC ? : TC d’Hikari/Bakura.
Âge : 1931 ans.
Orientation sexuelle : Daliansexuelle Pansexuelle.
Race : Démone pure.
Groupe : … Esclave… Comprenez, une maîtresse destituée de ses privilèges.
Métier : Aucun…


Parlez donc un peu de vous

Code du réglement: Ma réponse n’a pas plus changé que pour mes deux précédentes fiches, je vous laisse voir si ça vous intrigue.
Âge : Je n’aime pas bien cette question. Calmez-vous.
J'ai signé le réglement : Ca fait longtemps.
Une dernière volonté? : Respectez-moi.


PHYSIQUE
Il est toujours un peu difficile de se décrire soi-même mais je peux néanmoins me prêter à ce petit jeu, si cela peut vous convenir.

Je suis ce que certains appellent une « beauté russe », bien que l’idée d’être collée dans une case ne me plaît guère. Je suis assez grande pour une femme, mesurant 1m74 sans même nécessiter de talons hauts, et mon opulente poitrine tend à me faire paraître encore un peu plus imposante que ce que je ne suis déjà.

Fort heureusement, je n’ai pas à souffrir du moindre surpoids. J’ai des formes généreuses mais parfaitement disposées, me faisant passer pour un modèle qui rendrait jalouses bon nombre de femmes parait-il. Pourtant, à mes yeux je ne suis pas si exceptionnelle que cela. Je sais que j’ai du charme bien sûr, et j’en ai joué plus d’une fois dans ma vie. Mais dans un monde empli de démons tous plus diablement beaux les uns que les autres… Est-ce si exceptionnel d’être telle que je suis ?

Peut-être que ce qui me démarque est ma chevelure… Longue, flamboyante, je dois admettre que j’en suis vraiment fière et en prend le plus grand soin. On m’a d’ailleurs souvent dit que le mariage de flammes et d’azur, représenté par mes iris couleur saphir, était mon arme la plus redoutable, en plus évidemment de ces courbes évoquées plus tôt. J’ignore si ce n’étaient que des flagorneries intéressées… Mais dans tous les cas, je ne peux nier que l’idée me plaît.

Si l’on venait à se croiser un jour, vous me verriez souvent vêtue de tenues assez légères. Sans tomber dans le vulgaire, j’aime tout de même porter des jupes volantes et des chemisiers fins qui offrent toute la liberté à mes interlocuteurs de s’imaginer ce qu’ils veulent sur mon corps. Si d’aventure je me retrouve invitée à une soirée mondaine, je troquerais ces habits plutôt simples pour au choix une robe courte et moulante, ou une plus longue et distinguée en fonction du contexte même de la soirée.

Il est à noter que ma peau laiteuse n’est fort heureusement couverte d’aucune cicatrice, et est « aussi douce que la porcelaine ». Là encore j’ignore bien si la flatterie est ou non exagérée… Bien que je n’ai pas le sentiment que cela soit faux.

Enfin, je peux à loisir déployer ou retirer deux ailes fines et ébènes dans mon dos, purement démoniaques… seule marque d’héritage paternel, même si ce terme est profondément exagéré.


CARACTERE
S’il est déjà difficile de parler de son physique, que dire de son mental ? C’est d’autant plus complexe que cela me paraît fort indiscret…

Que dire ? Je ne suis… ou plutôt, je n’étais pas quelqu’un de forcément simple d’accès. Pour la moyenne de la population, j’étais cette beauté froide qui prenait parfois de haut ses interlocuteurs lors de la première rencontre, avec une petite pointe d’arrogance qu’il m’arrivait de regretter lorsque je la réalisais ultérieurement. J’étais fière de mon être, de mon rang, de mon pouvoir. En dépit d’un certain dégoût pour une part de mon sang, que je ne souhaite pas évoquer ici.

Lorsque j’étais encore cette maîtresse respectée âgée de presque deux millénaires, je me plaisais à avoir des serviteurs, dont je prenais le plus grand soin tant qu’eux-mêmes savaient prendre soin de moi. Je ne peux cacher que j’étais fort gourmande en la matière, aimant tant les beaux mâles que les sublimes femelles, et il était rare que mon manoir soit seulement habité par un ou deux esclaves.

J’aimais être entourée. Profiter des plaisirs de la vie, qu’ils soient simples ou plus charnels. Mon rang m’y autorisait, pour ne pas dire qu’il m’y invitait. Pourquoi l’aurais-je refusé, alors que nous nous étions battus pour cela ?

Vous commencez sûrement à vous demander pourquoi je parle de tout cela au passé, alors que je suis bel et bien une démone au sang pur ? Tout simplement car j’ai commis une terrible erreur… qui m’a coûté mon rang.

Aujourd’hui, je ne suis plus que l’ombre de celle que j’étais. Je n’ai plus mes privilèges. Plus la possibilité de profiter de tout ce qui m’était cher. Pire, je suis désormais obligée d’obéir à un être que je déteste par procuration. Ce même être dont la blessure a causé ma perte. J’ignorais la profondeur de son lien avec Malécius, ce général que je respectais pourtant profondément. La fureur de ce dernier m’a tout enlevé, sauf la vie. Mais de quelle vie puis-je donc me vanter, maintenant que je dois « vivre » celle d’une esclave ?

Je hais cette condition. Je hais cette servitude. Mais je n’ai pas le choix. Si j’espère un jour retrouver ma grandeur, je ne peux aller à l’encontre de cette situation que l’on m’a imposée. Malécius me surveille. Et elle me surveille. Cette enfant gâtée que j’ai voulu briser pour atteindre mon seul ennemi en ce monde.

Cette enfant que je dois désormais servir contre mon gré… alors qu’elle est ma propre demi-sœur.


POUVOIR
Fantasmagoria (actuellement scellé par Malécius) : Le pouvoir de l’illusion. Vous pensez sans doute que c’est un don sans intérêt qui n’a aucune puissance ? Détrompez-vous. Imaginez que vous pensiez avoir abattu votre adversaire en lui plantant votre lame au plus profond de sa chair… alors que celui-ci est finalement à vos côtés en train de vous voir immobile, le regard vide, à sa merci ? Imaginez à présent que l’on réveille votre pire cauchemar, celui qui vous tétanise et serait capable de vous briser émotionnellement, votre âme marquée au fer rouge au point que même une fois sorti de l’illusion vous ne puissiez plus vous relever…
Alors, pensez-vous toujours que cela est dénué de puissance ?
Tel est mon pouvoir… ou plutôt, était. Depuis ma destitution, je n’ai même plus la possibilité de l’utiliser. Malécius y a veillé. Il est possible qu’il m’y autorise s’il estime que je pourrais l’exploiter dans son intérêt… Mais j’ai bien du mal à croire qu’un tel privilège me sera réellement accordé. Même si je ferai tout pour que cela soit possible.

Données factuelles sur ce pouvoir :
- Portée : 10m de distance (aura).
- Nombre de personnes impactées : une seule.
- Durée/efficacité du pouvoir : dépendante de la personne et de mon énergie. Une personne trop puissante/résistante me sollicitera plus de ressources, et la durée en sera d’autant réduite.
- Nature des illusions : dépendante de la situation. Il n’y a cependant aucune possibilité de blessure physique dû seulement à l’illusion, exceptées celles liées à une mauvaise chute, par exemple.



HISTOIRE
Autant vous prévenir tout de suite, je n’aime pas parler de mon histoire. Et cela ne date pas du pire événement qui l’a altérée.

Cela remonte à ma naissance même. Une naissance marquée par le sceau de l’indifférence. Je ne suis que la 103ème enfant d’une fratrie stupidement démesurée. Une fratrie déjà composée de 101 garçons… et une fille, née trente ans avant moi. Même en cela mon arrivée en ce monde n’a finalement rien eu d’exceptionnelle. Rien en tout cas qui mérite que mon géniteur, dont je tairai le nom, ne daigne m’accorder la moindre attention. Pas plus qu’il n’en a accordé à une amante qui n’avait été, pour lui, que de passage.

Tout cela, c’est cette même amante qui m’en a fait part. Ma mère. Si belle, si splendide. Mais pourtant pas assez aux yeux de ce démon méprisable qui n’a aucune once de notion familiale. Ou en tout cas, pas pour nous, les poupées russes à la chevelure de feu et au regard océanique. Dans mon malheur, j’ai eu la chance de tout hériter de ma mère d’un point de vue physique. Seules mes ailes me seraient venues de lui. C’est sans doute pour cela que je peux les cacher à loisir si j’en ressens le besoin.

Dans tous les cas, il n’est guère utile de s’attarder à mon enfance et mes premières décennies d’existence, marquées par un décès précoce d’une mère qui fut ma seule famille. Et qui m’a légué la seule chose qu’elle était en mesure de m’offrir : une haine viscérale pour l’autre être m’ayant donné la vie.

J’ai longtemps vécu ainsi, à garder cette haine bouillante en moi, sans savoir comment l’extérioriser. M’en prendre directement à mon « père » ? Je n’étais pas assez sotte pour essayer. Je me savais puissante, armée d’un pouvoir terrible qui pouvait m’offrir la seconde d’opportunité nécessaire à tuer n’importe quel adversaire. Mais pour arriver à un tel but, encore fallait-il pouvoir s’en approcher. Et je le savais très bien, au vu de l’identité du père en question, croire qu’il serait possible de l’atteindre serait une pure hérésie. Jouer de mes charmes ne me permettrait pas de passer sa garde rapprochée. Avancer le fait que je sois sa fille encore moins. Je n’étais que la seconde après tout. Et la 103ème enfant…

Non, clairement je n’avais pas la possibilité d’espérer exprimer ma haine envers cet être honni, qui avait abandonné ma mère au point de la briser suffisamment pour qu’elle en meure à petit feu. Qui m’avait abandonné moi. Décidée malgré tout à ne pas finir de la même façon que ma défunte génitrice, j’ai tout fait pour profiter au mieux de ce que la vie pouvait m’offrir. Cela fut plus compliqué selon les périodes mais depuis la fin de la Guerre, tout fut bien plus simple. Ce fut peut-être la période la plus heureuse de ma longue existence.

Entre soirées mondaines, luxe, luxure… J’ai pu profiter de toutes les choses qui rendaient cette vie enfin digne d’être vécue. L’ennui avait disparu. Le ressentiment aussi. Je me sentais belle, forte, puissante. Et ces sensations grisantes rendaient mon quotidien fabuleux.

Mais ce fut au cours d’une de ces soirées que j’appris quelque chose qui réveilla de manière fulgurante ma colère profonde. Et qui signa ma perte.

Ma demi-sœur. Ma chère demi-sœur se trouvait là, devant moi. Invitée elle aussi à la fête. Comment ai-je pu la reconnaître ? Tout simplement parce que ma mère m’avait donné une photo d’elle, la seule en sa possession d’ailleurs. Bien sûr elle avait changé. Sa peau avait perdu son teint écarlate, et des petites cornes avaient poussé sur sa tête. Mais si son visage notamment était plus mûr que ce que le cliché de l’époque avait dévoilé, il n’y avait pas d’erreur possible. C’était elle.

Elle, la première fille. Elle, à travers qui je pourrais atteindre cette ordure toujours impunie. Elle, dont le seul avantage était d’être née avant moi de trente pauvres années. Ce qui en faisait sans nul doute la petite favorite, ce dont en tout cas était persuadée ma mère avant sa mort et ce dont je m’étais moi-même convaincue.

Elle, qui allait payer pour lui. Et lui, qui serait brisé en apprenant ce que je lui avais fait.

Ce raisonnement, sans doute stupide maintenant que je peux y repenser à tête reposée, fut en tout cas instantané chez moi. Aussi instantané que le fut mon attaque. Elle avait bien tenté pourtant de m’arrêter malgré la surprise, à l’aide d’une entité qui en aurait figé plus d’un de terreur. Mais j’étais trop enivrée par cette soudaine colère. Je ne voyais plus rien. Mon pouvoir poussé à son paroxysme, j’esquivais cette créature qui était prise dans mon illusion et rata son attaque. Et je plantais ma dague dans l’épaule de ma cible. J’avais pourtant visé le cœur mais elle avait réussi à esquiver mon assaut avec des réflexes hors du commun. Pas suffisamment néanmoins pour ne pas tomber, blessée, ma dague enfoncée dans sa chair. Sans pour autant être encore hors d'état de nuire.

La suite ? Elle fut si brusque que je me demande encore si je n’ai pas rêvé. Une aura monstrueuse avait avalé la mienne. Puis je sombrai dans l’inconscience alors qu’un visage inattendu avait traversé mon regard de plus en plus éteint. Le visage de celui qui venait de me mettre hors combat sans même avoir transpiré.

Malécius.

Je l’ignorais à ce moment-là, mais je venais de m’attaquer à plus que ma demi-sœur. Et ce fut lui, ce pire évènement que j’évoquais au début. J’avais touché à la protégée de Malécius. Du grand Général Démon. Et la sentence qu’il prononça à mon encontre, une fois réveillée, fut la pire qui soit. Bien pire que la mort.

Je me retrouvai destituée de tous mes privilèges. Je devenais une maîtresse déchue. Une démone déchue. Rabaissée au rang d’esclave, privée de ses pouvoirs. Pire… Pour me punir au plus haut degré, il me donna à sa protégée. Celle-là même que j’avais attaqué. Celle-là même qui avait éveillé par sa seule présence toute cette colère que j’avais su enfouir durant ces longs siècles.

Me voilà esclave de Dalian Lucifa Shandra Holic. Et ça… Je ne me sens pas prête à le vivre.

Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] Empty Re: Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée]

Dalian Holic
Dalian Holic



Re: Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] | le Jeu 27 Sep - 18:30

Hoo mon esclave sexuelle ! Quelle joie de te revoir parmi nous. ♡ Rebienvenue darling.

_________________
« Ils sont pour Elle, ce qu'Elle est pour eux. »
Monstre.

Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] 2nah
Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] 4jgy
Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] Zi1i

Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] Empty Re: Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée]

Luana Duncan
Luana Duncan


Race du personnage : Succube

Re: Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] | le Jeu 27 Sep - 18:45

Rebienvenue, elle est cool comme esclave T.T

_________________
Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] 4ExGBPD

Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] Empty Re: Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée]

Svetlana Ulanova
Svetlana Ulanova


Race du personnage : Démone pure.

Re: Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] | le Jeu 27 Sep - 19:33

Je ne suis pas ton ni une esclave !
... Enfin si... Mais ça ne durera pas et je n'ai rien de "cool". è.é

Merci quand même... Peste.

_________________
Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] Svetlana_1

Ancienne sign:
Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] Stevana

Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] Empty Re: Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée]

Anonymous
Invité
Invité


Re: Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] | le Ven 28 Sep - 0:18



Validation

Félicitation, tu es validé(e). Tu fais partie du groupe des esclaves

Tu peux faire ta demande de maître ou esclave, lieux, métiers et RPs ICI
Amuses toi bien!

Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] Empty Re: Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée]


Contenu sponsorisé


Re: Svetlana Ulanova - Maîtresse brisée, maîtresse déchue. [Terminée] |

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum